DELPHINE JARDIN


42 ANS

UN SWITCH QUI ÉTAIT ÉCRIT



Gérante de restaurant à Paris

  • Faire plaisir
  • Attentive aux attentes client
  • Gestion d’équipes
  • Saisir les opportunités
  • Routine
  • Rythme décalé



Scénographe florale en événementiel L’atelier Jardin

  • Créer, composer
  • Se sentir apaisée, bien dans son activité
  • Transformer un lieu par le végétal
  • Être passionnée
  • Décrypter les besoins du client et y répondre avec justesse
  • Être fière de son travail




Il faut savoir que Delphine est une fonceuse. Peu de temps après son entrée dans la vie active, elle s’est rendue compte qu’elle voulait être son propre patron et avancer efficacement. Elle n’a pas peur d’agir ni de se lancer. À 21 ans, après des études d’hôtellerie, elle ouvre son premier restaurant. Elle a une force de travail phénoménale. Avec son associé, 4 ans plus tard, ils ouvrent un 2ème, puis un 3ème restaurant. En 2009, ils étaient à la tête de 3 restaurants. Le rythme est intense, deux des restaurants seront vendus en 2013. Delphine n’a pas de difficulté particulière, elle gagne bien sa vie, mais attend autre chose et n’est pas satisfaite.

Qu’est-ce qui cloche ?
Bosser les soirs et week-ends n’est pas vraiment compatible avec la vie de famille qu’elle souhaite, certes, mais Delphine a aussi le sentiment d’avoir besoin d’autre chose, de renouveau. Elle est lassée par sa vie professionnelle. Débordante de volonté, elle lance alors une activité de traiteur en parallèle. Mais ça ne suffit pas. Elle a du mal à quitter son associé. Et puis, quoi faire d’autre si elle quitte la restauration, après 20 ans d’expérience ? Elle n’a pas la réponse mais est déterminée à l’idée de changer.

Et donc ? Je fais quoi ?
En Juin 2018, Delphine s’inscrit à la formation Fais le Bilan de Switch Collective, un programme complet pour ceux qui ne se reconnaissent plus dans leur job et souhaitent en changer. Lors des différents exercices introspectifs qu’elle réalise, émerge de façon assez évidente son lien à la nature, et plus particulièrement avec les fleurs, qui font partie de sa vie. Effectivement, dans son activité de gérante, Delphine adorait fleurir son resto pour les clients. Lorsqu’elle allait à Rungis se fournir, elle passait systématiquement à la halle aux fleurs. Les fleurs sont là, dans son quotidien, elles lui procurent un apaisement, un profond bien-être.
Il ne lui était pas venu à l’esprit que travailler avec les fleurs, ce n’est pas forcément ouvrir sa boutique de fleurs, et se confronter aussi  à retrouver des aspects qu’elle souhaite fuir : horaires difficiles, rush le week-end, froid l’hiver, devoir remplir sa boutique sans perspective sur les ventes réelles, être vendeuse...
Delphine évoque un déclic naturel qui s’est fait un matin : “je vais faire de l’événementiel , du “coup par coup”, acheter des fleurs quand j’en aurais besoin”.
Effectivement, c’est évident ! Elle aime monter des projets, c’est ce qui la stimule profondément.
Un souvenir délicieux, qui remonte à 6 ans en arrière, lui est revenu durant sa formation : enceinte jusqu'aux dents, elle a fait la décoration du lieu de mariage d'une amie. Elle a conceptualisé et réalisé le projet de A à Z, et elle s’est sentie vibrer.
Et puis Delphine c’est le nom d’une fleur, … et avec un nom comme Jardin, ça ne s’invente pas !
Elle est convaincue d’avoir trouvé sa voie, celle qui a du sens pour elle. Elle se lance alors dans cette reconversion qui n’étonne personne de son entourage et suit une formation à l’école des fleuristes de Paris.
SE FAIRE DE L’EXPÉRIENCE
Delphine demande conseil à une amie fleuriste, responsable d’une boutique dans le 18ème arrondissement de Paris. Celle-ci lui recommande notamment l’Ecole des Fleuristes de Paris, un programme intensif “spécial reconversion” d’un mois, plus ciblé sur la pratique que sur la théorie. Delphine s’inscrit, s’auto-finance. Elle adore sa formation ! Elle fait aussi de belles rencontres.
Elle réalise de nombreux stages pour se former aux côtés de professionnels. Et, grâce à son réseau, réalise des missions pour son compte (décorations de noël pour des restaurants, des boutiques, un important projet avec la marque Des Petits Hauts, …)

Il faut comprendre que dans la fleur, il y a plusieurs métiers :
  • Boutique de fleurs
  • Atelier dédié aux abonnements entreprise
  • Atelier dédié aux événements
Le secteur de l’événementiel, celui que vise Delphine, a besoin de personnes très réactives, ingénieuses, des preneurs d’initiatives sachant faire face à l’urgence et au stress : il est par conséquent difficile d’y entrer.
Delphine parvient à décrocher un stage et effectue des missions sur de gros événements, comme des matchs de football, ou des événements de grande ampleur, aux côtés d’un traiteur haut de gamme. Ce stage la conforte dans ses envies. Elle aime ce mode de fonctionnement, le challenge, la diversité, elle aime passer d’un projet à l’autre.
Toutes ses missions se déroulent bien, elle obtient d’excellents retours, et cette reconnaissance la motive.
De l’idée, en passant par le dessin, jusqu’à la réalisation du projet, elle s’éclate. La dimension artistique lui plaît. La satisfaction du job bien fait, d’avoir compris et assouvit le besoin du client, sont autant d’éléments moteurs
Elle dit avec un sourire sincère :
“réussir à transformer un endroit par le végétal est excitant”

Delphine a une force impalpable mais si puissante : elle a une intuition juste, elle comprend les attentes de ses clients et y répond avec brio.


Une fois ses stages réalisés, Delphine doit faire de cette activité une activité rentable.
Elle explore plusieurs pistes. Elle commence par faire une mission en free-lance pour Les Fleurs d’Ici, une marque de fleurs éthiques, qui porte des valeurs qui résonnent chez Delphine : elle est sensible au slow flower*.
A la rentrée 2019, besoin d’autres clients. Elle mène alors ses recherches sur Instagram et se met en contact avec De Beaulieu, LE fleuriste de la mode, pour qui elle réalise encore aujourd’hui différentes missions (Vitrines des Galeries Lafayette pour la Saint-Valentin, défilé Jil Sander à Florence en Italie, …). Elle bouge sur plein d’événements différents (boutiques, opéra, défilés, …).
Via ses missions pour des clients, Delphine ne peut pas exprimer à 100% sa créativité, elle doit respecter un cadre établi, mais il s’agit là d’un véritable apprentissage. Elle façonne son expérience, installe sa légitimité.
Petit à petit, Delphine construit son propre univers, sa propre identité de scénographe florale.
Ses objectifs sont clairs :
  • vivre confortablement de son activité,
  • ne pas tomber dans ce qu’elle ne veut pas faire (être obligée de faire des remplacements en boutique par exemple),
  • garder sa liberté,
  • mettre son énergie dans ce qu’elle aime.
UNE QUESTION FONDAMENTALE POUR CEUX QUI SOUHAITENT CHANGER DE VIE

Delphine avoue ne pas prendre assez de précautions et foncer un peu vite dans l’action. Pour sa reconversion, elle puise dans toutes ses économies. Elle regrette ne pas avoir cherché de solutions de financement pour se former notamment. Mais c’est dans sa nature de mettre le pied à l’étrier rapidement.
Les finances font peur, surtout lorsqu’on quitte un job dans lequel on gagne bien sa vie.
Mais le besoin de Delphine de se sentir alignée dans sa quête de sens passe au-dessus de cette peur, car elle sait qu’elle trouvera des solutions.


La formation  Fais le Bilan de Switch Collective a permis à Delphine d’y voir plus clair sur sa nouvelle voie professionnelle, et d’en être convaincue.

Comme le dit Delphine, son entourage ne se fait pas de souci pour elle.
Alors naturellement, elle n’a pas le réflexe de chercher de l’aide.
Utilisant spontanément son nom de famille si prédicteur, Jardin, Delphine conçoit son site internet en le nommant L'Atelier Jardin. Évident, non ? Mais “atelier” et “jardin” sont des mots si génériques dans le secteur que le référencement Google du site n’est pas bon ! Le site Delphine n’est pas directement visible dans les recherches, on peine à le trouver. Si vous souhaitez aider Delphine à remonter dans le référencement, parlez de son site sur le votre ;)

Une galère que nous partage Delphine, c’est les moments de creux entre deux missions. Des moments où il faut garder le cap et la motivation. Des moments qui peuvent faire douter de ses propres capacités. “Vais-je y arriver ?”. Malgré cela, Delphine ne remet jamais en question sa décision, et se rappelle à elle les raisons de sa reconversion.

Enfin, il peut être difficile d’aller se vendre lorsqu’il faut se faire connaître. Ce n’est pas dans sa nature, et elle doit faire des efforts pour montrer son travail et en parler à de potentiels clients. WIP !


  • La fréquence positive : Delphine essaye de se mettre au maximum dans un état d’esprit positif, pour générer de bonnes ondes.


Accompagner des évènements avec le végétal (journées presse, présentation de produits, décors …)
Animer des ateliers
Transmettre des émotions par les fleurs

  • Développer son réseau
  • Avoir ses propres clients
  • Vivre de son activité
  • Se challenger
  • Fleurir



*LE “SLOW FLOWER”, QU’EST-CE QUE C’EST ?


Il s’agit d’un mouvement récent prônant un achat raisonné de fleurs locales et non issues de l'industrie agricole. Le slow flowers est originaire des États-Unis. Il arrive avec vigueur en Europe pour contrer la toute puissance de certaines nations sur le marché floral.

Les points clés du mouvement
  • La reconnaissance de l'existence des saisons et leur respect en ne cueillant que des fleurs en boutons au meilleur moment et durant leur cycle naturel ;
  • La réduction de l'empreinte carbone en achetant les fleurs le plus près possible de leur lieu de production (pas comme les roses rouges à la Saint-Valentin par exemple, NDLR);
  • L'encouragement à des pratiques de cultures biologiques au sein des entreprises productrices de fleurs ;
  • La création d'un label pour les petites exploitations et les plus grandes permettant de les repérer dans le vaste monde de la production horticole ;
  • L'arrêt de l'usage de produit phytosanitaires chimiques.

(Source : https://www.aujardin.info/fiches/slow-flowers-fleurs-eco-responsables.php)


BIEN ASSURER SES ARRIÈRES FINANCIÈRES


BIEN IDENTIFIER CE QU’ON SOUHAITE FAIRE AVANT DE SE LANCER



NE PAS PRENDRE DE DÉCISIONS HATIVES, SE RENSEIGNER


ÉCOUTER SON INTUITION



POUR CONTACTER DELPHINE c’est ici :
Son site  : L’atelier Jardin
Sur Instagram


LES RÉFÉRENCES DU PORTRAIT
La formation Fais le Bilan de Switch Collective
L’Ecole des Fleuristes de Paris
Les Fleurs d’Ici


- Publié en Mars 2020 -

Mark