Le syndrome de l’imposteur

Le début de l’histoire parue sur Instagram

Vous avez des envies ou des idées de projets mais vous n’arrivez pas à les concrétiser ?
Vous ne vous sentez pas légitime et un frein vous empêche de passer à l’action ?
Vous avez des difficultés à valoriser votre travail et avez un niveau d’exigence élevé ?
Vous êtes peut-être atteint du syndrome de l’imposteur ! Pas de panique, ça se soigne !
..
Ce syndrome m’a longtemps freinée dans mes ambitions professionnelles sans que je ne m’en aperçoive. Difficile pour moi d’accepter les compliments sans me sentir gênée. Gênée parce que je trouvais mes réalisations banales, normales. Je ne méritais pas spécialement d’éloges. Je pouvais facilement attribuer un succès à une circonstance extérieure ou au travail de groupe. Je mettais naturellement la barre haute, toujours à la recherche du mieux, jamais vraiment satisfaite (infernal !). ..
Dans le cadre de la création de projet, être perfectionniste peut être ressenti comme un défaut dans le sens où il peut engendrer la procrastination. Le perfectionniste doute, a besoin d’être parfait pour se lancer, c’est un frein intérieur qui le hante, et qui peut l’empêcher d’avancer. Il peut attendre une vie entière et ne jamais passer à l’action.
..
J ’ai longtemps imaginé de nombreux projets esthétiques, les idées se bousculaient dans ma tête, mais ils sont souvent restés bloqués dans mon imaginaire. Peut-être me sentais-je illégitime parce que je n’ai pas de diplôme artistique ?

La suite de l’histoire

J’avais toujours une peur inconsciente d’essayer, de faire face à la réalité du résultat et du jugement des autres. Pourtant, j’ai conscience qu’il faut parfois commencer avec une croûte avant de s’améliorer pas à pas. Mais l’idée de faire une croûte m’angoissait. Après un long travail d’introspection, un chose était sûre, j’avais besoin de renouer avec le dessin, l’expression visuelle, dans le cadre d’un projet engageant. Le besoin de comprendre les questionnements des switchers, et de les partager pour aider les autres était très fort. Mais voilà ce qui traversait mon esprit: « il existe déjà de nombreux podcasts qui le font, et le font très bien, que vais-je apporter de plus ou de différent ? » ; « il y a déjà plein d’illustrateurs sur Instagram qui ont beaucoup de talent, je ne leur arrive pas à la cheville, et je n’ai aucune expérience professionnelle », blablabla. STOP !
Un jour j’ai décidé d’arrêter de cogiter ! Et de passer à l’action ! Aujourd’hui vous êtes nombreux à suivre la Grappe, à m’écrire, les rencontres sont toujours passionnantes. J’avance à mon rythme et je me fais plaisir. Je ne regrette pas d’avoir osé ! Être amateur n’est pas être illégitime !
Chers imposteurs, libérez-vous !
..
Les conseils des Switchers de la Grappe :
Carline @etvoilapodcast : Oser essayer
Juliette @ateliersmamané : Avancer par petits pas
Candice @candicepoitrey : Penser moins, faire beaucoup plus
Alexandrina @louandly : Oser, ne pas attendre que ce soit parfait pour se lancer
La Grappe : Faites des croûtes, ce n’est pas grave !

Mark